Démarrage Odyssée VI.

Démarrage Odyssée VI.



Le vaisseau est à présent presque terminé et on a eu tout ce qu’on demandait dans les négociations.

A présent, c’est le moment de mettre en service le premier secteur afin d’avoir une autonomie sur au moins 1 point : l’autonomie électrique.
Ce démarrage de réacteur à fusion nucléaire aura une influence sur tout l’équipage, ça permettra aussi de rendre la centrale électrique de chantier.

Il est 5h00, les vérifications des sécurités et protections autours du réacteur sont bonnes.
Donc on débute la convergence avec la première phase : mise en pression et réchauffage.
Après plusieurs heures de montée en puissance et vérifications, le réacteur est en fonction avec succès.
Les génératrices électriques utilisant l’énergie du réacteur sont démarrées elles aussi et on passe en autonomie électrique.

La centrale de chantier est mise en sécurité afin qu’elle puisse tourner à vide et est rendue à la corporation.

Moi, Aurélien Dupond, commandant de ce vaisseau, je peux affirmer qu’on a passé un cap majeur du chantier,
on passe à la phase de montée en puissance, même s’il reste encore la livraison des propulseurs interstellaire.
La suite du chantier se passe bien, le moral de l’équipage est bon et il n’y a pas de grosses erreurs de construction du vaisseau.

Quelques mois plus tard, on reçoit les propulseurs interstellaires, ils sont déjà en place,
les essais de simulation sont excellents mais les essais de propulsion se feront bien plus tard.
La plupart des installations fonctionnent bien et ne présentent aucune trace d’usure prématurée.

Le service IA a fait des miracles, ils ont fini de mettre en place toutes les installations propres aux IA et attendent juste le feux-vert avant de démarrer les IA,
surtout l’IA principale qui marquera le changement du réseau heure (on passera à 25h par jour afin d’aligner la journée avec le rythme biologique des xyloniens.)

Une fois la coque complète, intègre et étanche, on commence le démantèlement des échafaudages autours du vaisseau.
Les tests sur les propulseurs orbitaux sont concluants, les stabilisateurs des échafaudages seront donc retirés en même temps.
Il reste plus que quelques détails avant les essais globaux. Parmi ceux-là, un essai de résistance de coque en entrant dans la photosphère de l’étoile du système solaire voisin.



ParNautavius,mentions-légales dernière mise à jour le : 27/05/2019 Licence Creative Commons