Tout commence par un rêve

Épisode NAUT_01 : Tout commence par un rêve



Ça y est, j’y suis enfin ! Une maisonnette mais où l’on se sens bien, chez soit et avec de la place. Je suis bien, avec mon fiancé, tranquille, la vie paisible. Un petit jardin où on fait pousser quelques fruits. Des amis qui nous rejoignent pour discuter autours de quelques bières. Puis, le réveille sonne, je me retrouve dans une chambre de 9 mais on a des lits doubles et insonorisés. Bon, ben voilà, c’est l’heure de prendre mon quart !

C’est long, mais looonnnng. Il se passe littéralement rien depuis plusieurs semaines : pas une panne, rien qui change, la routine pure et dure. Heureusement que le secteur divertissement a de l’imagination, ça brise un peu la monotonie. Avant le début du trajet, j’avais quasiment pas de temps pour vivre, mais depuis, c’est que de la conduite, il se passe rien.

En regardant les relevés des cahiers de quart, on s’est aperçu d’une augmentation de la consommation des moteurs intergalactiques, alors qu’il n’y avait rien d’autre qui changeait. On fera des recherches plus poussées lorsqu’on sera arrivé dans l’autre galaxie, en attendant, ça reste comme ça.

Je sais pas ce que j’ai en ce moment, j’ai le moral dans les chaussettes, je repense à mon passé, à tout ce que j’ai laissé derrière moi. J’arrives pas à me sortir ça de la tête. Ça fait bizarre de se dire qu’on part pour toujours, sans aucune possibilité de retour. Le vaisseau est le nouveau chez moi. On a amélioré notre poste pour qu’il soit plus accueillant et corresponde mieux à nos attentes.

On a un problème au niveau de la gestion de l’énergie, ce qui nous oblige à réduire la consommation au profit des moteurs qui ont les lignes d’alimentations qui commencent à flancher. On a dû arrêter des réacteurs afin d’optimiser la production, et transvaser tous l’hydrogène vers 2 réacteurs.

Le service propulsion a retiré les lignes pourri et les ingénieurs construisent les nouvelles lignes, en même temps, nous sommes entrain de faire le plein d’hydrogène afin de redémarrer des réacteurs nouvellement optimisés. Il y a un appel à candidature dans quelques services afin de « repêcher » l’Odyssée II, je me suis porté volontaire, mais personne ne sait à quoi s’attendre en visitant le vaisseau, des réunions sont à prévus prochainement.

Pendant mes quarts, quand il se passe rien, je m’amuse à créer des tableurs qui peuvent être utile dans certains cas, ça me permet de m’améliorer dans l’utilisation de ce logiciel et me rappeler de mes cours. Sinon, je vogue dans mes rêves, c’est un bon moyen de passer le temps.

C’est confirmé, je ferais parti des équipes reconquête du vaisseau, mon scaphandre va enfin servir. Je gèrerais l’énergie de l’Odyssée II une fois qu’il sera alimenté, Je devrai aussi modifier le pupitre afin d’ajouter la vue d’une alimentation externe. Je suis stressé car personne ne sait à quoi s’attendre à l’intérieur, de nombreuses rumeurs circulent sur un monstre à bord de ce vaisseau, mais ce sont que des rumeurs.

On a fait des bilans de puissance afin de déterminer quels tableaux alimenteront l’autre vaisseau, comment effectuer la conduite et commencer à préparer un second pupitre qui sera similaire à celui de l’Odyssée II afin de pouvoir le conduire à distance, de même pour la surveillance des réacteurs. Ça évitera d’avoir plus de monde de quart.

Les pupitres sont prêts, les tableaux aussi. C’est le moment de « visiter » l’Odyssée II. Il a été nettoyé et assaini et est alimenté, il y a pas de raisons que ça se passe mal.

Une fois à bord, je me sens pas à l’aise, surtout en sachant que tout son équipage y a péri. Je me vois comme dans un film d’horreur où tout peut partir en vrille rapidement. J’arrive sans encombre au PC énergie, les deux autres me rejoignent quelques minutes après. Nous modifions les tableaux et pupitres afin de pouvoir commander à distance et alimenter correctement depuis l’extérieur. Nous lisons les cahiers de quart afin de prévoir les travaux à réaliser afin de réparer et moderniser la centrale énergie. Il est prévu de changer les lignes d’alimentation de la propulsion pour des lignes plus performantes. En attendant, l’Odyssée VI est le seul à faire avancer les deux vaisseaux.

On a enfin fini de modifier les pupitres et tableaux, c’est l’Odyssée VI qui conduit l’énergie de l’Odyssée II. Les réacteurs de l’Odyssée II sont trop faibles pour de très longs trajets, même en les modernisant en multicouche. Mais pour ce qu’on compte en faire ce sera suffisant. Nous créons un lien afin de coupler les réservoirs d’hydrogène des deux vaisseaux afin d’avoir une plus grande autonomie. La puissance totale que peut fournir l’Odyssée II est équivaut à un quart d’un de nos réacteurs, donc pas besoin d’allumer un réacteur de l’Odyssée II quand ils sont couplés.

Cela fait quelques semaines qu’on est couplés à l’Odyssée II, j’ai reçu un message de la corporation, ils me demandent de leurs envoyer le vaisseau… NON ! Je leur ai gentiment répondu que pour me donner des ordres il faut passer par ma hiérarchie. J’en ai parlé autours de moi, tout le monde a reçu ce genre de message et on leurs a tous envoyé la même réponse.

On se met à rénover entièrement l’Odyssée II, comme ça ce sera plus aisé pour l’utiliser. Sur la centrale énergie, il y a pas grand choses à faire, on a fait la révision et les ingénieurs sont entrain de les modifier afin qu’ils soient multicouche. Notre plus gros chantier consiste à renforcer les réservoirs d’hydrogène. Par contre, les autres services ont du taf : tout rénover/nettoyer/mettre à jour, on se serait cru au chantier de construction de notre vaisseau.

On a fini nos travaux sur le chantier de l’Odyssée II, des centrales entièrement rénovées et beaucoup plus puissantes.

Hier soir, un mec de la passerelle m’a dit qu’on allait vers une position inconnue, le problème c’est surtout qu’on ne sait pas ce qu’on va trouver là-bas, mais ça promet d’être intéressant.




ParNautavius,mentions-légales dernière mise à jour le : 27/05/2019 Licence Creative Commons